Mars – Que se passe-t-il dans notre ruche ?

 

Logo Un Toit Pour Les Abeilles

Tous les mois nous recevons des nouvelles de la ruche que nous parrainons à l’association
Un Toit pour les abeilles.
Découvrez les nouvelles du mois de Mars :

Que se passe-t-il dans la ruche ?

L’année dernière à cette même période, nous vous évoquions le réveil de colonies qui s’amorçait tout doucement… Cette année, il semble prématuré d’en parler. En effet, la mi-février laissait présager un retour des températures douces pour la toute fin de mois. C’était sans compter sur le Moscou-Paris, ce froid glacial venu de Russie et qui s’est abattu sur tout le territoire français toute fin février et première semaine de mars. Cela a engendré une chute vertigineuse des températures entre – 6 et -15°c sur certaines régions de France.

Les températures maximales ont atteint entre -4 et 0 °C. Autant dire que pour les abeilles, il est préférable de rester encore au chaud quelque temps. C’est à partir de la seconde semaine de mars que le redoux tant attendu devrait avoir lieu…

Le petit bémol autour des caprices de la météo, c’est que les températures douces des dernières semaines, juste avant l’arrivée du Moscou-Paris, présageaient d’un réveil prochain des colonies. La reine avait donc repris sa ponte et les abeilles devaient maintenir une température élevée au sein de la ruche entre 20-25°C et jusque 28°C. Les coups de froid répétés ont mis à mal les colonies. Les abeilles doivent s’activer à ventiler plus fort dans les ruches pour maintenir des températures élevées. Elles s’épuisent.

De plus, le froid qui a démarré prématurément dès cet automne et qui s’est prolongé tout cet hiver n’a pas permis aux abeilles d’effectuer correctement leur vol de propreté – vol qu’elles effectuent durant cette période et qui leur permet d’évacuer en dehors de la ruche leurs déjections. Ce vol de propreté est crucial et permet de maintenir des conditions saines au sein des colonies.

Cette situation, ajoutée à la grande humidité et au froid, a provoqué des cas de NOSEMA* détectés sur certaines ruches… Il est trop tôt pour dresser un bilan mais déjà des ruches n’ont pas tenu le choc.

Zoom sur… la NOSEMA*

*La nosémose est une maladie des abeilles adultes. Il s’agit d’un champignon parasite qui se multiplie dans les cellules de la paroie intestinale des abeilles adultes et que l’on nomme Nosema. Cette maladie occasionne un affaiblissement de la colonie et une dépopulation hivernale ou printanière plus ou moins sévère (abeilles mortes, marchant au sol, ou encore traces de diarrhées…).


Cette maladie serait liée à l’addition de plusieurs facteurs stressant pour les abeilles. Parmi eux, les conditions climatiques avec des hivers trop longs et particulièrement humides.
Mais aussi les fortes pluies expliquent certains cas de Nosema. Le confinement trop long peut aussi favoriser la maladie. Enfin les pesticides participeraient également au développement de ce champignon qui ravage les colonies…

De son côté, l’apiculteur …

D’ici quelques jours, vers la 3ème semaine de mars, et si la météo le permet, l’apiculteur va pouvoir ouvrir les ruches. Un moment stressant pour nos « bergers des abeilles » qui ont vécu dans le doute tout l’hiver. Cette visite permettra à l’apiculteur d’évaluer l’état de ses colonies en sortie d’hiver. Il pourra en savoir davantage sur le pourcentage de mortalité des abeilles et surtout sur la santé des colonies de printemps.

Le Saviez – vous ?

C’est le moment de planter si vous souhaitez que vos petites abeilles aient de quoi se restaurer au printemps… Voici un rappel en images de quelques plantes mellifères que les abeilles adorent.